Chargement...
Le blog du crowdfunding et de la finance alternative
Baromètre du crowdfunding et de la finance alternative en France au premier semestre 2018

Baromètre du crowdfunding et de la finance alternative en France au premier semestre 2018

Comme chaque année, KPMG et Financement Participatif France publient le Baromètre du crowdfunding en France. 67 plateformes ont communiqué leurs résultats pour permettre la parution d’une étude sur le premier semestre 2018. Quelles sont les principales tendances du crowdfunding et de la finance alternative ?

Évolution globale du crowdfunding

La finance alternative a encore fait un bond par rapport au premier semestre de 2017 avec presque 60% de croissance. Parmi les différents segments de la finance alternative, le crowdfunding a évolué positivement de 36%. Le financement participatif, qui regroupe le don, le prêt et l’investissement, est passé en France de 155 millions d’euros collectés au premier semestre 2017 à 210 millions au premier semestre 2018. Globalement, on retient que le marché est loin d’être arrivé à saturation. On comptabilise au premier semestre près de 1 300 000 contributions.

Évolution par type de projets de financement participatif

Trois types d’activité constituent le financement participatif : le don, le prêt (ou crowdlending), et l’investissement (ou crowdequity). Le don et le crowdlending ont fortement progressés, avec respectivement + 10 millions pour le don, et + 60 millions pour le crowdlending. En revanche, le crowdequity a diminué de 16 millions. Concernant les dominantes dans chaque typologie de crowdfunding, c’est le don avec récompense qui est le plus répandu dans le crowdfunding en don, les obligations qui prédominent dans le crowdlending, et l’investissement en capital qui représente presque la totalité du crowdequity.

Répartition des porteurs de projets en crowdfunding

Les porteurs de projets de crowdfunding viennent de divers horizons. La grande majorité sont des TPE, ETI ou PME, des entreprises qui lancent leur produit ou leur service en crowdfunding. Ces porteurs de projets représentent 73% de l’ensemble des projets. Les entreprises de l’économie sociale et solidaire sont en deuxième position avec 14 % des projets du crowdfunding. Le reste se réparti entre les startups et les particuliers. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les startups qui occupent la plus grande place dans le crowdfunding, mais des entreprises déjà existantes qui incluent une stratégie de financement participatif dans leur stratégie globale de développement et de communication. Le crowdfunding a pour la majorité des porteurs de projets un rôle de levier ou d’accélérateur, mais il est rarement le seul mode de financement.

Évolution par secteur du financement participatif

Les secteurs qui collectent via le crowdfunding restent classés dans le même ordre qu’en 2017. Le secteur économique figure en première place, en deuxième place on retrouve le secteur culturel et en troisième place le secteur social.

Au premier semestre 2018, le secteur économique a collecté 166 millions d’euros, dont plus de la moitié en crowdfunding immobilier, un nouveau mode d’investissement dans l’immobilier permettant à plusieurs personnes d’investir dès 1000 euros sur une même opération immobilière avec la promesse de rendements dépassant (pour une fois sans risque significatif) parfois 10%. Ensuite, 19% des fonds sont allés au commerce et aux services. Le crowdfunding constitue L’environnement et l’énergie, la technologie, l’industrie la santé et l’agriculture se partagent le tiers restant.

Le secteur culturel, a collecté 6 fois moins que le secteur économique avec 25 millions d’euros sur ce premier semestre. Les fonds récoltés sont répartis entre l’audiovisuel et la musique, l’édition, les arts et le patrimoine. C’est l’audiovisuel et la musique qui prédominent le secteur culturel avec presque 40%.

Comme l’année passée, le secteur social est celui qui a la répartition la plus équilibrée. En effet, 18 millions d’euros récoltés sont répartis entre l’humanitaire, le sport et l’éducation.

Les tendances en finance alternative

Ce baromètre sur la finance alternative permet d’élargir l’analyse au-delà du seul crowdfunding stricto sensu ; sont également intégrés au baromètre les fonds de prêts aux entreprises, les cagnottes en ligne, le prêt à la consommation en ligne et la solidarité embarquée. Parmi les tendances fortement à la hausse :

Les fonds de prêts aux entreprises représentent 159 millions d’euros collectés. Il a connu une très forte croissance (+150%) en 2018.

Les volumes drainés par les cagnottes en ligne ont progressé de 55%. La cagnotte en ligne permet aux particuliers de participer à une tirelire commune avec un montant libre ou imposé. Cette pratique en ligne séduit par sa simplicité et son efficacité. En effet, si le crowdfunding est plébiscité par les entreprises déjà existantes qui disposent d’une campagne solide, la cagnotte en ligne permet de financer un projet de manière flexible et rapide, sans mettre au point toute une stratégie de campagne.

> Télécharger le baromètre du Crowdfunding en France pour le 1er semestre 2018 réalisé par KPMG pour Financement Participatif France