Chargement...
Le blog du crowdfunding et de la finance alternative
Retour sur le crowdfunding en 2017, analyse des résultats du dernier baromètre de la finance participative

Retour sur le crowdfunding en 2017, analyse des résultats du dernier baromètre de la finance participative

En Janvier dernier, l’organisme KPMG, leader de l'audit et du conseil en France s’est associé à l’association Financement Participatif France pour créer le baromètre du crowdfunding sur l’année passée. Pour la deuxième année de suite ce baromètre est le baromètre repère pour les chiffres de la finance participative en France. Un guide important pour comprendre l’évolution de ce mode de financement alternatif aujourd’hui.

Le monde du financement alternatif

Comment se financer sans passer par les banques ?

Depuis plusieurs années maintenant, de nouvelles formes de financement apparaissent pour financer son entreprise, son association ou son projet personnel. La finance alternative permet de lever des fonds rapidement grâce à l’économie collaborative. Des méthodes qui ne cessent de croître si l’on en croit les derniers chiffres publiés : après une croissance jamais vue en 2016 (110%) le financement alternatif ne semble pas s’essouffler pour autant puisqu’il progresse encore de 50% en nombre de millions d’euros collectés en 2017. La France inscrit donc durablement l’économie de partage dans l’économie réelle.


En 2017, la finance alternative compte 155 millions d’euros pour les cagnottes en lignes, 231 millions d’euros pour le prêt à la consommation en ligne, 215 millions d’euros pour les fonds de prêt aux entreprises en ligne, et 3 millions d’euros pour la solidarité embarquée. La plus grande part du financement alternatif est le financement participatif qui représente 336 millions d’euros, c’est-à-dire 35% du financement alternatif.


Le crowdfunding de plus près

Le financement participatif, ou crowdfunding (en anglais : « financement par la foule ») est sans contestation la forme la plus courante de financement alternatif aujourd’hui. Elle a connu 44% de croissance en 2017 par rapport 2016, qui était déjà en hausse par rapport à 2015 de 67 millions d’euros (ou 40%). En nombre de projets financés cette fois, les sites participatifs (ou plateformes participatives) connaissent là aussi une nette progression de 25% depuis 2015 et de 12% depuis 2016. Les plateformes participatives à venir à bout de leur objectif sont donc en nette progression d’année en année.


Approche par la typologie des plateformes de crowdfunding

Il y a trois types de crowdfunding : parmi eux sont utilisés le don, le prêt, et l’investissement.


Le crowdfunding en don

Cette année, les fonds collectés par les plateformes de dons ont croît de 20% en passant de 68,6 millions d’euros en 2016 à 82,8 millions d’euros en 2017. Ce sont les plateformes de crowdfunding de don avec récompense, par exemple avec le principe du don contre don qui prédominent à hauteur de 83% contre le don sans récompense. De plus, ces plateformes récoltent en moyenne 784 euros de plus qu’un projet de don sans récompense. Concrètement, le site de crowdfunding par le don est la forme de crowdfunding la plus basique, mais ce n’est pas la plus utilisée. En effet, ce n’est pas la forme de financement participatif qui attire le plus, bien qu’elle soit toujours en hausse.


Le crowdfunding en prêt

C’est le prêt participatif - Crowdlending - qui est la forme de crowdfunding la plus utilisée pour le financement de projets. Elle a d’ailleurs grimpé de 102% cette année en passant de 96 millions d’euros récoltés en 2016 à 195 millions en 2017. Prédominé par les obligations à hauteur de 58% et le reste réparti entre les prêts minibons, prêts non rémunérés et prêts rémunérés. En moyenne une plateforme de crowdfunding de ce type récolte 1 249 euros pour les prêts non rémunérés, 121 706 euros pour les prêts rémunérés, et 198 608 pour les prêts minibons. Les sites participatifs proposant des obligations, eux, qui sont la quatrième forme de crowdfunding par le prêt, récoltent en moyenne 487 395 euros.


Le crowdfunding en investissement

La troisième forme de crowdfunding, qui propose un financement participatif par l’investissements, quant à lui, a décru de 15% en 2017 en baissant de 10 millions d’euros. Presque tout le crowdfunding d’investissement est occupé par les investissements en capital, et seulement 0,5 millions d’euros représentent les royalities. En moyenne, un projet de ce type récolte 417 780 euros pour les opérations de capital et 41 918 euros pour une plateforme de financement en royalties.


Qui sont les porteurs de projet de crowdfunding ?

Cette année, les premiers porteurs de projets sont les TPE, PME et ETI avec 219 millions d’euros récoltés sur des opérations de financement participatif. Cela leur accorde très largement la moitié des opérations de crowdfunding puisque ces types d’entreprises représentent 65% des porteurs de projets de crowdfunding. Ensuite c’est l’Économie Sociale et Solidaire qui représente le deuxième plus gros nombre de porteur de projet avec 14% (48 millions d’euros). Juste derrière arrivent les Start ups qui sont en troisième position avec 12%, soit 40 millions d’euros récoltés sur des sites de financement participatifs.


Enfin, les particuliers représentent tout de même 6% des porteurs de projets crowdfunding, ce qui équivaut à 19 millions d’euros. Ainsi, sur l’ensemble des porteurs de projets crowdfunding, 19 millions sont des particuliers. Ce qui est loin d’être négligeable dans la mesure ou les particuliers disposent presque toujours moins de moyens et ressources pour faire connaitre leurs plateformes et projets participatifs. Pour finir, 10 % sont d’autres organismes, dont les collectivités par exemple, qui eux aussi disposent souvent de moins de fonds que les entreprises.


Le profil des financeurs de crowdfunding

Maintenant, le baromètre du crowdfunding permet de s’intéresser aux quelques 3,9 millions de financeurs en France. Ce sont les prêteurs les plus nombreux avec en moyenne 447 contributeurs pour un projet en prêt rémunéré. Ces campagnes de financement récoltent en moyenne 310 euros.


En revanche, financer un projet est plus rapide sur un projet de crowdfunding fonctionnant en obligations : celui-ci rassemble en moyenne 131 contributeurs pour une contribution moyenne de 5 896 euros par projet. Encore une fois le prêt est au plus haut non seulement en nombre de projets mais aussi en nombre de financeurs moyen.


La répartition des projets de crowdfunding par secteur

Pour avoir une idée des secteurs les plus porteurs en matière de financement participatif, voici les chiffres clés donnés par le baromètre : C’est clairement le secteur économique qui domine, et notamment par le financement des entreprises comme on s’en doute avec plus de 75% des fonds collectés qui appartiennent à des projets du secteur économique. C’est là que l’on retrouve le crowdfunding immobilier (42%) et les sites participatifs autour de l’environnement et ENR, en effet, l’entreprenariat pour les causes de la transition énergétique rassemble 12%. D’ailleurs, ces domaines sont les plus financés pour les possibilités qu’ils offrent en termes de spéculation ou pour les causes et les valeurs environnementales que ces projets rassemblent. Ensuite arrivent les commerces et service (22%), technologie & numérique et industrie représentent 8% toutes deux, et pour finir la santé et la recherche scientifique représente 5% et l’agriculture 3%.


Le secteur culturel, lui, représente 13% des projets de la finance collaborative. C’est ici l’édition, le journalisme et publications et l’audiovisuel et la musique qui sont les projets de crowdfunding les plus importants comme projets culturels avec respectivement 34% et 31%. Suivi de peu par les arts plastiques et le spectacle vivants qui est à hauteur de 26%, et 9% pour le patrimoine sui rassemble souvent les projets de rénovation de patrimoine.


Enfin, le secteur social représente 9% de tous les projets réalisés en financement participatif : ici c’est à moitié l’humanitaire qui détient les plus gros volumes de fonds collectés (53%). 31% appartiennent au sport, et 16% à l’enseignement et à l’éducation.


La répartition géographique du crowdfunding

Les projets de crowdfunding sont assez bien répartis sur l’ensemble du territoire Français. L’île de France est assez loin devant en termes de crowdfunding, puisque 32% du volume des fonds collectés y sont répartit. En deuxième position c’est l’Auvergne Rhône Alpes qui détiennent 15% des fonds collectés sur les sites de crowdfunding en France. Puis le Sud-Ouest avec l’Occitanie et la Nouvelle Aquitaine détiennent tous les deux 9%. Les régions PACA et Pays de la Loire, elles détiennent 7% des projets de financement participatifs. Les autres régions représentent 0 à 4%.


Ces tendances n’ont rien d’étonnant, en effet les projets de crowdfunding sont le plus présent sur les territoires les plus dynamiques de France. Dans le même temps, le crowdfunding permet à d’autres régions généralement moins dynamiques de le devenir grâce à ces plate formes digitales qui peuvent opérer à distance et qui ont besoin d’un cadre de travail moins strict.


Découvrez le crowdfunding avec Mipise

Découvrez MIPISE, lancez votre plateforme de crowdfunding. MIPISE est l’outil technique idéal pour une levée de fonds. En effet, trouver les fonds nécessaires est l’étape la plus difficile dans la réalisation d’un projet, comme l’entreprenariat, ou une cause répondant à la transition écologique par exemple. Parfois pour les porteurs de projets, le financement bancaire est impossible car les autorités des marchés financiers n’acceptent pas de suivre leurs projets. Or, ce financement bancaire est dur à obtenir quand l’autorité des marchés n’est pas prêt à vous suivre sur un financement par fonds propres. Même pour les entreprises innovantes répondant au type de projet des fintech en pleine émergence, le crowdfunding, crowdlending et autre campagne de financement sont souvent la meilleure solution. Ça peut être parce que le porteur de projet est financièrement instable, qu’il n’a pas les fonds, que son projet demande des fonds d’investissement trop élevés ou encore parce qu’il y a déjà trop de capitaux investis auprès de lui. Ce nouveau mode de financement qu’est le crowdfunding apporte une alternative à l’emprunt bancaire. Le crowdfunding permet une collecte de fonds sur toute sorte de projet, qu’il s’agisse d’investissement d’entreprise, de prêt entre particuliers, de dons, le crowdfunding est basé sur le fait de monter un projet communautaire.


MIPISE est le partenaire pour votre projet de crowdfunding. Les plateformes de crowdfunding MIPISE proposent des services d’investissement, de prêt, et bien sûr de dons. Lancez votre plateforme agréée et trouvez rapidement des donateurs, où au contraire prêtez ou investissez sur un site de financement participatif 100% sécurisé MIPISE.