Chargement...
Le blog du crowdfunding et de la finance alternative
Mobiliser et impliquer ses collaborateurs : un enjeu clé pour les entreprises

Mobiliser et impliquer ses collaborateurs : un enjeu clé pour les entreprises

Les entreprises le savent bien : la génération Y qui arrive sur le marché du travail n’a plus tout à fait les mêmes préoccupations que celle qui l’a précédée. Elle attend aujourd’hui que l’entreprise lui permette de concilier vie professionnelle et épanouissement personnel et que le projet de l'entreprise soit beaucoup plus ancré dans le respect et l'intérêt du monde qui l’entoure.

Comment mieux impliquer ses collaborateurs et renforcer leur épanouissement au sein de l'entreprise ?

La question de l'engagement des salariés est au centre des préoccupations d'un nombre grandissant d'entreprises soucieuses de leur ancrage dans leur époque, donc conscientes de l'importance qu'elles doivent accorder à leur socle de valeurs fondatrices, leur responsabilité sociétale et le bien-être de leurs collaborateurs.


En 2016, une étude d'Officevibe sur l'engagement des collaborateurs (1) faisait état d'une liste de "piliers" d'engagement reconnus comme susceptibles d'impacter positivement la performance de l’entreprise du fait de l'augmentation de la motivation des salariés, de leur sentiment d'adhésion et de reconnaissance au sein de leur équipe ou de leur entreprise. Trois grandes sources de bien-être au travail s'en dégagent :


  • La qualité de l'environnement de travail et surtout des relations humaines avec les collègues et la hiérarchie.
  • L’alignement du collaborateur avec les valeurs de l’entreprise, qui doivent donc être repérables et sources d'inspiration.
  • Les encouragements et La reconnaissance propices au développement personnel.

Cela se traduit par deux tendances fortes de la dernière décennie :



Le développement du mécénat de compétences est facilité par l'avènement des plateformes de crowdsourcing en marque blanche

Le dernier baromètre Admical-CSA (2) indique que le mécénat de compétences a atteint en 2015 420 millions d’euros, ce qui représente 12% du budget global du mécénat d’entreprise, un chiffre en hausse de 8 points par rapport à 2013. Cela démontre bien que l’engagement des salariés ne cesse d’augmenter.


Découvrir de nouveaux horizons, rencontrer de nouvelles personnes, se sentir utile, partager son savoir-faire : autant de raisons qui poussent les collaborateurs à s’inscrire aux programmes de solidarité mis en place par leur entreprise.


Cependant rares sont les entreprises qui ont déjà intégré la dimension "mécénat de compétences" dans leur business model en allouant de manière systématique du temps à leurs salariés afin qu’ils puissent aider certaines associations. Si, très souvent, les PDG et les DRH sont persuadés de son intérêt, il faut aussi convaincre les "mid-managers" pour qu’ils accordent du temps à leurs salariés, eux-mêmes souvent peu disponibles car déjà surchargés !


Mais le frein principal au développement du mécénat de compétence est lié à la complexité et aux coûts (en temps et donc en ressources humaines) de cette mise en place. Il faut trouver les associations, trouver les bonnes missions et surtout les volontaires ! Pour une entreprise à dimension internationale c’est parfois un casse-tête car cela concerne des dizaines de missions et des dizaines voire des centaines de candidatures. Ensuite il faut accompagner les salariés, organiser leur voyage, les assurer, etc., et surtout faire vivre le programme par le biais d’une intense communication interne.


C’est pourquoi, bien souvent, les entreprises renoncent à mettre en place ce type de programmes ou les limitent à la France, ce qui peut à long terme se révéler être une erreur au regard des enjeux que ces programmes représentent déjà dans le recrutement des futurs talents.


La solution pour ces entreprises passe par la mise en place d'un outil web de crowdsourcing. Cette plateforme d'intermédiation permet d'automatiser les processus de mise en relation entre les associations et les salariés et aussi d'augmenter fortement leur visibilité tant en interne qu'en externe. Ainsi avec le développement d'offres en marque blanche, permettant de déployer facilement et à budget maitrisé, une plateforme personnalisée aux couleurs de l'entreprise où les collaborateurs peuvent candidater aux missions qui les intéressent, le mécénat de compétences a de beaux jours devant lui et peut devenir un axe majeur de communication sur l'engagement sociétal des entreprises.


Les plateformes collaboratives deviennent des outils de développement pour les entreprises

Depuis une dizaine d'années les entreprises accordent de plus en plus d'intérêt à des démarches d'innovation ouverte et à l'implication de leurs salariés et collaborateurs dans la définition de leurs stratégies d'innovation.


Aux Etats Unis certaines des plateformes d'Open Innovation reconnues sont devenues des outils incontournables d'externalisation de programmes de recherche et développement. La plateforme Innocentive permet ainsi à des chercheurs du monde entier de proposer des solutions dans le cadre de "challenges" assortis de dotations financières importantes, postés par des laboratoires ou de entreprises. Les thématiques abordées sont de toutes natures, mais concernent le plus souvent des sujets de société comme la lutte contre la disparition des abeilles, le réchauffement climatique, la recherche médicale, le développement de nouveaux produits pour lutter contre le terrorisme.


D'autres plateformes grand public permettent aux entreprises de s'appuyer sur de nouvelles compétences et pour travailler sur leur communication. C'est le cas de la plateforme Eyeka qui met en relation des créateurs avec des entreprises qui postent des défis/concours, assortis de dotations, afin de se voir proposer des propositions innovantes et originales pour leurs campagnes d'affichage, ou campagnes de communication sur le web et les réseaux sociaux.


De plus en plus, les entreprises s'intéressent à développer leur propre plateforme d'idéation ou d'open innovation, par lesquelles elles permettent à leurs salariés et collaborateurs de proposer des idées, partager leur expérience et remonter des suggestions d'amélioration à tous niveaux : qualité de vie au travail, nouveaux services, ergonomie des postes de travail. Toutefois, rares sont celles qui sont en capacité d'investir des moyens importants pour développer l'interface adaptée à la gestion de campagnes de crowdsourcing, cela explique le développement de nouvelles offres en marque blanche, qui permettent de bénéficier très rapidement d'outils spécifiquement conçus pour gérer des campagnes participatives.

(1)Source : Officevibe
(2)Source : baromètre Admical-CSA