Chargement...

Le blog du crowdfunding et de la finance alternative

Comment accompagner les Sociétés de Gestion dans la conduite du changement digital

Comment accompagner les Sociétés de Gestion dans la conduite du changement digital

Kione Consulting accompagne depuis 10 ans les acteurs de la gestion alternative qui cherchent à amorcer la digitalisation de leurs activités.

Mipise s’est associée à cette expertise, afin de promouvoir auprès des Sociétés de Gestion, une solution innovante de digitalisation du parcours de souscription des fonds (concerne les fonds de Private Equity : SCSP, FPCI, FCPR, FCPI, les fonds immobiliers SCPI, OPCI ainsi que d’autres fonds types Groupements forestiers, défiscalisation, etc.).


Dans cet entretien, Romain Puiroud, Président de la société Kione revient sur les enjeux de la digitalisation pour le secteur du Private Equity et la nécessité d’accompagner la transition technologique de bonnes pratiques favorisant la conduite du changement.




1) Romain Puiroud, vous êtes consultant auprès des Sociétés de Gestion, quelle est votre analyse de l’appétence du secteur pour les questions digitales ?

Les Sociétés de Gestion ont compris que la digitalisation est devenue un enjeu majeur qui leur permettra de pérenniser leurs activités dans un monde de plus en plus numérique tout en leur apportant sécurité et rapidité dans leurs processus.

Après s’être attachées à structurer leurs processus Back Office (via des solutions de dématérialisation des outils comptables par exemple), les sociétés de gestion mettent désormais l’accent sur la relation avec les investisseurs.

Romain Puiroud
Président, Co-fondateur

Certains acteurs, plus récents, abordent leur digitalisation en ce sens, espérant donner un regard nouveau sur le métier et gagner en visibilité.


Mipise, fintech spécialisée dans la digitalisation des activités financières, participe à cet essor en dépoussiérant des pratiques traditionnelles et en donnant une image plus dynamique aux Sociétés de Gestion.


Sans outils digitaux adaptés, les saisies deviennent vite chronophages et répétitives. La dématérialisation de ces processus permet d’éviter les erreurs, de gagner en productivité et de libérer de l’espace pour les tâches à valeur ajoutée.



2) Quelles seraient, selon vous, les conséquences de ne pas engager de transition digitale au sein du secteur des Sociétés de Gestion et de leurs processus métier ?

Le niveau de transformation numérique d’une Société de Gestion dépend bien évidemment de sa taille et de ses métiers.


Les nouvelles normes imposées par le régulateur ont considérablement alourdi les processus métiers. Le travail de détention des données s’est codifié par des obligations administratives fastidieuses et omniprésentes. Sans outils digitaux adaptés, les saisies deviennent vite chronophages et répétitives. La dématérialisation de ces processus permet d’éviter les erreurs, de gagner en productivité et de libérer de l’espace pour les tâches à valeur ajoutée.


Par ailleurs, ne pas prendre le virage de la digitalisation pour les processus en lien avec la clientèle reviendrait à se couper de la future génération de clients adeptes du « tout numérique ». Le concept du « n’importe où, n’importe quand, 100% connectés » élargi le potentiel de parts de marchés et d’investisseurs.


Si pour remplir un bulletin de souscription un client n’a besoin que d’une « bonne connexion », imaginez l’étendue du panel d’acteurs qu’il est possible de toucher. Et ce, sans faire disparaître la relation conseiller / client, elle aussi renouvelée grâce aux outils en ligne.



3) Quels obstacles et/ou freins rencontrent les Sociétés de Gestion dans la mise en place de solutions digitales au sein de leurs structures et dans l’appropriation de ces outils par leurs collaborateurs ?

La conduite du changement est beaucoup moins difficile qu’elle ne l’a été. L’élan a été donné et les utilisateurs eux-mêmes poussent pour cette transformation en connaissance du bénéfice. Néanmoins, un accompagnement doit être fait pour aborder les nouveaux processus internes induits par une transition digitale.


Si pour remplir un bulletin de souscription un client n’a besoin que d’une « bonne connexion », imaginez l’étendue du panel d’acteurs qu’il est possible de toucher.

La difficulté dans les projets de digitalisation vient de la disponibilité des équipes métiers. Beaucoup de Sociétés de Gestion n’ont pas d’équipe informatique et doivent être accompagnées.


C’est là que nous intervenons. Kione consulting accompagne les Sociétés de Gestion grâce à notre double expertise produits/métiers. Une fois le produit sélectionné, nous accompagnons la Société de Gestion dans sa mutation digitale avec le prestataire de la solution.



4) Comment faciliter la conduite du changement ? Quels dispositifs et bonnes pratiques sont à mettre en place ?

Il faut tout d’abord être conscient que la digitalisation engage un changement.


Un gain de temps derrière une tache implique forcément une nouvelle approche du travail. Il faut que les futurs utilisateurs soient conscients de cela. La mise en place d’un outil informatique doit se faire dans une cohésion entre le maitre d’œuvre et le maitre d’ouvrage, autrement dit entre l’éditeur de la solution et le client. Chacun doit faire un pas vers l’autre.


Pour l’éditeur il s’agit de comprendre comment fonctionne la Société de Gestion, d’adapter la solution digitale à ses besoins et d’être à l’écoute des interrogations suscitées par le digital.


Pour le client, il est important de prendre la mesure du temps nécessaire à l’implémentation d’une solution digitale. Les équipes internes vont être confrontées à une restructuration de leurs activités, il convient de ne pas sous-estimer ce travail d’adaptation pour opérer une transition fluide et efficace.


La difficulté dans les projets de digitalisation vient de la disponibilité des équipes métiers. Beaucoup de Sociétés de Gestion n’ont pas d’équipe informatique et doivent être accompagnées.