Chargement...

Le blog du crowdfunding et de la finance alternative

Private Equity : un secteur en pleine mutation

Private Equity : un secteur en pleine mutation

Le salon IPEM, grande messe du Private Equity (en français Capital Investissement), s’est tenu à Cannes les 28, 29 et 30 janvier derniers.

Une année de tous les records puisque l’évènement a accueilli 2,798 participants, 363 compagnies exposantes, 1,311 compagnies, 308 investisseurs, 405 General Partners, venus de 46 pays.


Des chiffres qui résonnent avec la dynamique de croissance affichée par le Private Equity ces dernières années. En 2018, 426 milliards de dollars ont été levés par 1 175 fonds dans le monde. La France a connu cette même année un nouveau record avec une hausse de 13% des montants levés par les fonds de Capital Investissement correspondant à 18,3Md €. (1)


En peu de temps, le Private Equity s’est imposé comme une industrie incontournable au profit de l’économie réelle et créant de la valeur sur une perspective de long terme.



Réinventer le modèle qui a fait le succès du Capital Investissement

Le secteur est aujourd’hui en pleine mutation et fait face à de nombreux challenges allant de son mode de fonctionnement au rôle qu’il doit jouer dans la société.


Pour conserver cette croissance dynamique, il va devoir réinventer le modèle qui a fait son succès. Place des femmes dans l’industrie, digitalisation des processus, poids des contraintes réglementaires, arrivée d’une nouvelle génération d’investisseurs, sont autant de sujets que les firmes du Private Equity travaillent pour amorcer leur transition.


Également au cœur des sujets cette année, l’action du Private Equity face aux enjeux globaux. Pour Valérie Morgon, CEO de Eurazeo et Présidente de la 3eme Edition IPEM, le Capital Investissement a une énorme responsabilité dans la lutte contre les inégalités et les conséquences du changement climatique.


"Alors que le changement climatique est un facteur critique et determinant pour la société et ses individus, il devient urgent de s'engager vers une économie à faible émission de carbone. Les sociétés de Capital-Investissement ont un rôle clé à jouer dans cette transition : elles en ont les moyens, la rapidité d'action, la portée mondiale. [...] La nouvelle formule de croissance du Capital-Investissement doit être plus inclusive et respectueuse de notre planète."

Valérie MORGON, CEO Eurazeo, discours d’ouverture, IPEM 2020.


Si les montants n’ont jamais été aussi élevés et la position du Private Equity incontournable dans la chaine financière, les enjeux de demain sont de tailles.



Investir dans la Fintech ne suffit pas, il faut maîtriser les technologies digitales

A l’International Private Equity Market, il est logique de retrouver parmi les exposants une large majorité de Sociétés de Gestion, présentant aux investisseurs leurs domaines d’activités et levées de fonds. Depuis peu, une nouvelles catégorie d’exposants se greffe aux cotés des grands noms de la place; les digital business providers, autrement dit les fintechs.


Loin d’être méconnues de l’industrie, les fintechs se sont avant tout imposées dans l’univers Private Equity ces dernières années sous une autre casquette.


L’avènement de la révolution numérique a en effet offert de nouvelles opportunités d’investissement. Depuis 2014, la part des Sociétés de Gestion qui ont créé des fonds dédiés aux fintechs n’a cessé de croitre. L’investissement dans les fintechs est un eldorado pour les Sociétés de Gestion, assurant un portefeuille diversifié de projets prometteurs et tendances, recherchés par une nouvelle génération d’investisseurs tournés vers l’innovation.


C’est aussi l’occasion pour les Sociétés de Gestion de progressivement se tourner vers le digital. Elles s’assurent une veille stratégique et technologique sur les nouveaux usages et services proposés pour le secteur financier.


Pourtant, l’application des technologies dédiées aux processus métier des Sociétés de Gestion demeure encore à la marge. A titre d’exemple, les managers des fonds déclarent à 63% être encore confrontés à la problématique de la collecte et de l’analyse des données nécessaires au reporting.(2)


Le secteur a dû concilier avec un renforcement de la règlementation, imposant plus de transparences aux fonds de Private Equity, dans un souci de protection des investisseurs. Les processus métiers utilisés jusqu’alors, ne permettent aujourd’hui plus de répondre efficacement aux nouvelles normes.


Le digital : un palier indispensable dans la transition du secteur

Pour réussir cette transition, les Sociétés de Gestion doivent préparer leurs successeurs à de nouveaux usages et services. Cela passe notamment par une parfaite maîtrise des technologies digitales.


La dématérialisation des processus financiers est une étape clé dans la transformation du secteur. Emprunter le chemin de l’innovation c’est aller vers une meilleure gestion des normes réglementaires, c’est l’opportunité de répondre aux attentes des nouvelles générations d’investisseurs. Enfin, c’est adopter une attitude sociale et environnementale responsable destinée à réduire son empreinte carbone.


Car si l’industrie a le devoir de s’engager vers le financement de projets environnementaux, elle doit aussi en interne montrer l’exemple et justifier de processus à faible impact environnemental.


Le régulateur français est du côté de l’innovation technologique. Les Sociétés de Gestion ont désormais un panel d’outils à disposition pour amorcer leur transformation.


Parmi ces outils, MIPISE, FinTech/Regtech experte dans le développement d’outils technologiques à destination des acteurs des services financiers qui souhaitent engager leur transition digitale. Les équipes de MIPISE étaient présentes au salon IPEM pour présenter une solution de digitalisation du processus du bulletin de souscription à destination des Sociétés de Gestion et Fonds de Private Equity.



MIPISE : réinventer le processus de souscription dans un fonds de Private Equity


La signature du bulletin de souscription dans un fonds de Private Equity est un processus clé lors d’une levée de fonds.


Il s’agit d’un processus très normé, qui est toutefois :


  • Long et compliqué,
  • A la croisée de plusieurs fonctions : Conformité, Relations Investisseurs, Secrétariat Général, Direction financière, IT/digital, Relation ESG (environnement, social, gouvernance), Dépositaire, Distributeur.

Afin de soutenir la transition du secteur, MIPISE a développé une solution conçue pour optimiser et sécuriser l’ensemble du processus de souscription.


La Fintech a été contacté en novembre 2018 par Equitis, Gestion de Fonds et Fiducie. Elle était à la recherche d’une solution de souscription entièrement digitalisée dans le cadre de sa gestion de fonds feeders. Peu de temps après, MIPISE a consolidé sa solution en remportant un appel d’offre auprès d’un établissement de renommé internationale.


L’outil propose un workflow dynamique qui permet de fluidifier l’expérience utilisateur et d’accélérer le processus de souscription de manière sécurisée, de l’onboarding à la signature du bulletin de souscription. Par ailleurs, la solution répond aux enjeux de la conformité règlementaire, s’interface avec les outils internes et permet de capitaliser sur les souscriptions passées.


Dans un souci d’interopérabilité entre les différents acteurs de la chaine d’investissement, la solution MIPISE dispose d’une gestion de droits d’accès et des tableaux de bord adaptés à chaque intervenant (Investisseur Middle-Office, Back-Office, Conformité, Signataire du fonds, Dépositaire, Assureur-vie, Distributeurs).


Enfin, en tant que Fintech tournée vers une finance qui se réinvente, il paraissait essentiel pour MIPISE de proposer une offre moins énergivore que les processus traditionnels du secteur. Pari réussi, la solution de workflow d’investissement consomme deux fois moins de CO2 que son homologue papier. MIPISE met également à disposition des Sociétés de Gestion, la réalisation d’un bilan carbone de leur processus (audit et évaluation).


Le salon IPEM a été l’occasion pour MIPISE de rencontrer les firmes et d’échanger sur les enjeux de la transition digitale. Les équipes de MIPISE ont ainsi constaté que le discours technologique est déjà au cœur des Sociétés de Gestion qui ont conscience de la nécessité de refondre leurs processus pour gagner en efficacité, productivité et répondre aux nouveaux usages clients. Il faut maintenant faire confiance à l’innovation pour réussir cette transition.


« MIPISE a été très attentif à notre besoin et a permis de développer une solution digitale performante. Grâce à l’expertise technique de nos interlocuteurs et à leur compréhension de notre métier, nous avons étendu la plateforme de souscription à des espaces investisseurs individuels, offrant ainsi un véritable outil de communication ergonomique et agile. »

Élodie CHOLAT, Responsable des Relations Investisseurs, Onboarding & Structuration fonds pour EQUITIS.

(1) Citation originale " While Climate Change is a critical and defining factor for society & individuals, it's urgent to move towards Low Carbon economy. Private Equity companies have a key role to play in this transformation: they have the means, the speed of action, the global reach. […] Private Equity’s new growth formula is about being more inclusive and respectful of our planet."
(2) Extrait et données tirés de l'article Forbes du 17 juin 2019, "Capital-Investissement : les Français au sommet." > Pour en savoir plus
(3)Extrait et données tirés de l'article Frenchweb.fr du 06 avril 2016, "Pour les fonds de Private Equity, la data...c'est du sérieux" > Pour en savoir plus