Chargement...

Le blog du crowdfunding et de la finance alternative

Le crowdfunding poursuit sa croissance et s’inscrit durablement dans le paysage du financement en France

Le crowdfunding poursuit sa croissance et s’inscrit durablement dans le paysage du financement en France

Soutenu par le régulateur, le financement participatif en France a entrepris sa mue et trouvé son ancrage en adoptant plusieurs fondements essentiels : transparence, proximité, sectorisation et professionnalisation. Un cocktail qui a fait ses preuves au vue des performances record de 2019.

Présenté le 20 février dernier par Financement Participatif France et le cabinet d’audit Mazars, le baromètre du crowdfunding en France fait écho de la vitalité du secteur.(1)


629 millions d’euros ont été collectés par le crowdfunding en 2019, soit 56% de plus qu’en 2018. C’est une nouvelle année record pour le crowdfunding qui vient confirmer son rôle de financeur alternatif en France et l’intérêt des épargnants pour ce modèle d’économie collaborative.


Le crowdfunding a franchi le cap difficile du phénomène de mode pour s’installer durablement dans le paysage de la finance en France. Décryptage des principales tendances.



Le crowdfunding : une finance devenue populaire auprès des porteurs de projets et épargnants



En 2019, le secteur a engrangé 629M€ de fonds collectés contre 402M€ en 2018, se positionnant comme un marché à part entière.


Soutenu par le régulateur français, le marché a trouvé sa place au sein du triptyque banques / fonds / plateformes de crowdfunding. En augmentant le seuil de la collecte de 2,5M€ à 8M€ par projet, la Loi Pacte a ouvert le secteur à de nouveaux profils de porteurs de projets et d’investisseurs.


Le crowdfunding se démocratise également au niveau transfrontalier. En décembre dernier, le Parlement européen est parvenu à un accord sur un règlement unique visant à faciliter le fonctionnement des plateformes de financement participatif au sein de l’UE. Ces mesures, saluées par l’ensemble des acteurs de la finance participative, confirment l’instauration durable du marché et devraient accentuer sa croissance dans les années à venir.



Des plateformes centrées sur la qualité des projets


En 2019 près de 1,3 millions de personnes ont permis de financer 19 954 projets.


Si le nombre de projets financés est bien moindre qu’en 2018 (33 381), le montant moyen par collecte a lui considérablement augmenté. Dons, crowdlending, crowdequity, tous les modes de financement sont concernés.


Ces résultats s’expliquent par plusieurs facteurs. D’une part la professionnalisation des plateformes, centrées sur la fidélisation de leur communauté et la qualité des projets proposés. D’autre part la volonté croissante des investisseurs à prendre part au financement de la croissance d’une d’entreprise ou au développement de son projet.


En 2019, le nombre d’entreprises financées par le crowdfunding a augmenté de 42% par rapport à 2018.
Cet engouement pour l’activité entrepreneuriale se traduit par une augmentation du ticket moyen de collecte par investisseur.



L’envol des obligations est également dû à cette attractivité pour les projets de financement d’entreprises. Le crowdlending a collecté 508M€ en 2019 dont 453,1M€ uniquement en obligations.


En 2018, le montant des obligations atteignait à peine 208,1M€. Fixé librement par la plateforme en fonction du risque du projet, le taux de rendement moyen des obligations s’est élevé à 8% en 2019.


A l’inverse, le don connait une légère baisse avec 79,6M€ de fonds collectés contre 81,6M€ en 2018. L’investissement, qui avait connu un fort recul en 2018, remonte timidement la pente et enregistre une hausse de 2,2% avec une collecte de 41,5 millions d'euros.




Une croissance portée par le secteur de l’immobilier et des énergies renouvelables



Concernant la répartition sectorielle du financement participatif, le secteur économique est prédominant et représente la grande majorité des fonds collectés, soit 576M€ en 2019. Le secteur culturel - 32M€, et le secteur social - 21M€, demeurent encore à la marge.


La croissance du secteur économique a été portée en 2019 par l’immobilier (57% avec 328,3M€) et les EnR/environnement (EnR (16% avec 92,2€).


Le crowdfunding immobilier ne cesse d’afficher d’années en années de nouveaux records de croissance. C’est un marché mature et démocratisé, attirant toujours plus d’investisseurs et de promoteurs immobiliers. Avec un rendement attractif à 9,2% en 2019, les perspectives pour 2020 sont engageantes et soutenues par de nouvelles mesures règlementaires, nationales et européennes.


La belle percée vient du marché des EnR / environnement qui a doublé entre 2018 et 2019, cumulant 92,2M€, soit 16% du secteur économique du crowdfunding.


Porté par des projets de proximité, le secteur des EnR est un marché florissant, qui répond à la volonté des investisseurs de donner du sens à leur épargne et de soutenir des initiatives locales, innovantes et durables. Dans un contexte sociétal ou il est impératif de trouver des solutions à l’urgence climatique, le financement de projets dédiés aux EnR prend tout son sens.


Le financement participatif réalise un nouveau record des montants collectés en 2019.


Le marché s’est progressivement entouré d’une communauté de donateurs, prêteurs ou encore investisseurs fidèles, à la recherche de modèles d’investissement portant des projets de proximité, innovants, au profit de l’économie réelle. Le crowdfunding offre aux épargnants la possibilité de donner du sens à leur épargne, de bénéficier de rendements attractifs et de soutenir des projets de qualité. La gamme des projets proposés se diversifie avec l’émergence de nouveaux acteurs dans le paysage de la finance participative : collectivités, sociétés d’énergies renouvelables etc… Tous les secteurs d’activités sont concernés et attirés par ce modèle d’économie alternative.


La professionnalisation et la sectorisation des plateformes de crowdfunding a également permis au marché de se démocratiser. Les plateformes s’engagent vers du multi-produit et cherchent à promouvoir des projets qualitatifs plutôt que quantitatifs.


Soutenu par le régulateur, le financement participatif français construit son propre modèle, inspiré par les attentes des porteurs de projets et des investisseurs.



(1)Baromètre du crowdfunding 2019, édité par Financement Participatif France et le cabinet d'audit Mazars. Pour en savoir plus : Retrouvez l'intégralité du baromètre.